Journée Internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire

Le 6 février 2018, Abidjan s’est mobilisée à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF). A cet effet, la célébration officielle a eu lieu à l’Institut Français d’Abidjan. Cette cérémonie a été organisée par le Ministère de la Protection de la Femme, de l’Enfant et de la Solidarité, en partenariat avec le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire, le Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et le Fond des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). La Commission Nationale de la Francophonie (CNF) de Côte d’Ivoire y a participé avec la présence effective de la Secrétaire Générale Adjointe. La CNF mène des actions contre ce phénomène, en encadrant régulièrement des Organisations Non Gouvernementales (ONG) qui luttent contre ce fléau sur le terrain, notamment celles financées par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Selon les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), entre 100 et 140 millions de femmes ont subi une forme quelconque de Mutilations Génitales Féminines telle que l’Excision. La Côte d’Ivoire est l’un des pays les plus touchés par la pratique de l’excision en Afrique de l’Ouest. Malgré la loi 98/757 du 23 décembre 1998 interdisant la pratique de l’excision en Côte d’Ivoire, l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) 2006, estime à 36% le nombre de femmes excisées dans le pays avec 34% en milieu urbain et 38% en milieu rural. La pratique persiste donc avec les plus fortes prévalences de 73,3% à l’Ouest du pays et de 87,9 % au Nord et Nord-Ouest du pays.

LA CNF EN ACTION