LES CLUBS ET ENGAGES DE LA FRANCOPHONIE : INTERET D’IMPLANTATION

Bien que le français ne soit pas la langue maternelle dans les pays d’Afrique francophone, il occupe une position stratégique privilégiée comme langue administrative, langue d’enseignement, des média etc. Il reste la 2e langue du monde au plan de l’importance politique grâce à son statut de langue officielle de 57sur 80 Etats et gouvernements membres de l’OIF.

En novembre 2014, L’Organisation Internationale de la Francophonie(O.I.F), conformément aux résolutions du 15ème Sommet (tenu à Dakar au Sénégal), s’est engagée à accorder une place particulière aux jeunes et aux femmes avec l’élaboration de la stratégie jeunesse 2015-2022.

Ce regain d’intérêt pour les jeunes et les femmes nécessite que les structures interfaces comme la CNF procèdent à la mise en place des instruments d’accompagnement au plan local, capables d’impulser la promotion des valeurs prônées par l’OIF tout en leur permettant l’accès aux opportunités qu’offre la Francophonie. Les Clubs de la Francophonie, sans être une panacée, paraissent à n’en point douter un des instruments les mieux indiqués pour atteindre un tel objectif.

Mais, qu’est-ce donc qu’un club ? C’est une association de personnes où les membres ont un intérêt commun et des activités communes (Ex : un club littéraire).L’existence des Clubs de la Francophonie s’observe surtout dans les Pays africains (29 sur 52 Pays africains sont membres de l’OIF).

Dans ces Pays tout comme en Côte d’Ivoire, quand on parle de club de la Francophonie, on pense immédiatement à un groupe d’élèves des lycées et collèges faisant la promotion du français à travers des concours de dictée ou des récitals de poésie, donnant ainsi un contenu peu varié et non attrayant à ces Clubs qui évoluent, le plus souvent, de façon isolée et ne bénéficiant d’aucun suivi perceptible de la part des structures interfaces de l’OIF au plan local.

Dans une Côte d’Ivoire émergente, repositionnée aujourd’hui dans l’espace francophone, quel contenu doit-on donner à un club de la Francophonie ?

Un Club de la Francophonie est une Association, qui, en plus de faire la promotion de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique, s’engage à développer et à promouvoir toutes les valeurs de la francophonie, à savoir : la solidarité, les droits humains, la culture numérique, la créativité, la démocratie et le développement durable à travers sa devise ₺Egalité, Solidarité, Complémentarité₺.

Les Clubs de la Francophonie ne sont pas l’émanation du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement mais ils constituent une touche pour chaque pays membre de la Francophonie en fonction de son contexte, de ses priorités et de ses besoins.

De ce point de vue, quatre grandes préoccupations méritent d’être précisées dans le cas spécifique de notre Pays:

  • la nécessité d’amener la jeunesse à s’intéresser à la Francophonie à travers les Clubs de la Francophonie ;
  • la nécessité d’inculquer à la jeunesse les valeurs de la Francophonie, le goût de l’innovation et l’esprit entrepreneurial à travers les Clubs de la Francophonie ;
  • la nécessité de faire des clubs de la Francophonie des plateformes incubatrices d’échange d’expériences, de pratique du numérique et de pratique entrepreneurial, regroupant des jeunes scolarisés, déscolarisés ou non scolarisés ;
  • enfin, la nécessité de mettre en place une stratégie novatrice d’encadrement et de suivi.

La Commission Nationale de la Francophonie (C.N.F), structure opérationnelle de l’O.I.F en Côte d’Ivoire, se propose de se rapprocher davantage des ivoiriens grâce à son vaste programme de proximité dénommé « PROXITOUR ». Son action consistera donc à implanter des clubs de la Francophonie, d’une part dans les établissements secondaires d’enseignement général, technique et professionnel ; et d’autre part dans les universités, les grandes écoles, les associations et groupements de jeunesse. Ces Clubs sont des espaces qui auront pour vocation non seulement de renforcer l’usage du français comme langue de communication, d’enseignement mais aussi de créer une plateforme d’échanges d’expériences et de partage entrepreneurial, pour un développement inclusif et durable de notre pays.

LA CNF EN ACTION